PERMETTRE AUX FRANÇAIS DE PRENDRE EN MAIN LEUR DESTIN EN 2012

Ce que nous apprend Wikileaks .

Sans aucun jugement, et sur pression du gouvernement américain ( et des commandes publiques des agences américaines), tour à tour, amazon, le DNS (l’annuaire technique du web pour aller vite), paypal , Visa lâchent Julien Assange.

Rappelons que Julien Assange, co-fondateur de wikileaks, a menacé de mettre en ligne 250.000 documents de la diplomatie américaine, démontrant la collusion des dirigeants de la planète, et bien souvent l’hypocrisie de certains dirigeants vis à vis de leurs populations. Les 2000 premiers documents déjà mis en ligne démontrent comment fonctionne l’espionnage au sein de l’administration américaine. Julien Assange fait l’objet de poursuites qui apparaissent très opportunes en Suède. En France, c’est notre ministre de l’identité nationale, monsieur Eric Besson, qui se se plie aux volontés des autorités américaines. Il a saisi, au sujet de l’hébergement en France de wikileaks par OVH, le Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET) -mystérieux organisme- en ces termes.

Hubert Védrines, ancien ministre socialiste des affaires étrangères, est un homme généralement affable, compétent, et sérieux. Hubert est un soir (3/12/2010) sur le plateau de F. Taddéi, (France3) étonnamment crispé. L’argumentaire déployé alors est simple, pour ne pas dire simpliste : les documents ont été volés par un jeune militaire frustré, les journaux font du recel, la démocratie a besoin de secrets pour vivre. n’est pas frustré. Il n’est même pas sur qu’il soit seul responsable des fuites. Celà serait en effet étonnant, au vu du degré de sophistication de l’armée américaine, qu’une seule source soit suffisante. Par contre, la tentative de psychiatriser son cas est pathétique, et une technique assez courante dans le débat avec les élites.